Un homme avait deux fils

Homélie du 4e dimanche de carême La première action du Père est de faire le partage de ses biens ; et, si l’on suit le parcours de chacun des fils, on découvre que la clef de leur cheminement, ce sont les richesses du Père déposées en eux ainsi que la manière dont le Père les a…

Nous périrons tous de même

Homélie du 3e dimanche de carême « J’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte » Pécheurs ou saints, bons et mauvais, nous sommes assurés de « périr tous de même » que les Galiléens cruellement tués par Pilate. Pire, nous mourrons peut-être écrasés par le fruit même de notre travail comme ces dix-huit personnes sur…

Sur la montagne

Homélie du 2e dimanche de carême  « Nous avons notre citoyenneté dans les cieux » Redescendant de la montagne, lorsque nous roulons sur cette route en lacet en regardant la neige qui s’étiole jusqu’à disparaître totalement pour laisser la place à des étendues d’herbe sèche, nous sommes pris d’un sentiment tout particulier. Au moment de retourner sur…

Lever les yeux

Homélie du 4ème dimanche de carême Ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé Le serpent d’airain élevé dans le désert par Moïse pour que ceux qui le regardent soient guéris de la morsure des serpents était une image du Fils de l’homme souffrant, élevé sur la croix pour que ceux qui le regardent…

Ce qu’il y a dans l’homme

Homélie du 3ème dimanche de carême « Lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme » Jésus sait ce qu’il y a en nous mieux que nous ne le savons nous-mêmes et voilà ce qu’il y voit : la vocation de l’humanité tout autant que son avilissement. Jésus sait ce qu’il y a dans l’homme : un…

Alors Jésus se mit à pleurer 

Homélie du 5ème dimanche de carême En s’approchant du tombeau de Lazare, Jésus pleure. Il sait pourtant que son ami va revivre puisqu’il l’a annoncé à ses apôtres : je vais aller le tirer de ce sommeil. Jésus pleure cependant. Ses larmes sont tout d’abord des larmes de douleur et de compassion. En effet, la création…

Baigné de lumière

Homélie du 4ème dimanche de carême « Serions-nous aveugles nous aussi ? » Le 3 mai 1932, à 8 ans, Jacques Lusseyran perdait ses yeux dans une bousculade. Trente ans plus tard, il écrit : « on me disait qu’être aveugle, cela consistait à ne pas voir. Je ne pouvais pas croire les gens, car moi, je voyais […] ». Dans…